fbpx

PME comment se faire payer ? La solution du recouvrement en ligne

Article mis à jour le 20 Mars 2020

Des services innovants permettent aujourd’hui une gestion du poste client plus performante grâce au digital. Le recouvrement de créances fait sa révolution numérique. En cas de retard de paiement ou d’impayé, il est désormais plus facile de récupérer son argent.

Sommaire :

« Cela fait longtemps que nous avons pris conscience qu’il fallait que l’on soit plus performant dans le recouvrement de nos créances », explique Benoît PDG d’une entreprise logistique située dans la banlieue de Nice. Optimiser la récupération de ses factures impayées est devenue une priorité pour lui. Il ne souhaite plus perdre « bêtement » de l’argent comme il le dit.

Les PME plus vulnérables aux impayés

Les grands groupes sont mieux armés que les PME face aux retards de paiement. Ils disposent en général d’une trésorerie suffisante pour faire face à un défaut de paiement. Il faut dire que la plupart ont un service recouvrement qui s’occupe de relancer les clients défaillants. Les PME en revanche n’ont que très rarement de chargé de recouvrement ou crédit manager. La gestion du poste client repose plutôt sur le directeur financier. Quant au niveau de trésorerie il est considéré comme prioritaire par 75% des dirigeants de PME contre 52% dans les ETI, selon une étude IPSOS. Une inquiétude qui s’exprime aussi sur les délais de paiement des clients puisque les patrons sont 68% à les juger prioritaires dans les PME contre seulement 57% dans les ETI

Un cercle vicieux pour les entreprises

Il ressort de cette étude IPSOS réalisée auprès de 300 PME et ETI que les difficultés de trésorerie sont associées aux retards de paiement pour 46% des personnes interrogées. Une dure réalité pour ces patrons : 68% ont rencontré des retards de paiement durant les 12 derniers mois. Le plus grave c’est que la moitié d’entre eux ont fait face à des impayés sur cette même période. Ainsi les PME les plus touchées, par effet ricochet ont elles aussi de plus en plus de mal à régler leurs charges et leurs propres fournisseurs. Un cercle vicieux pour 20% d’entre elles.

L’innovation au service de la trésorerie

Il faut dire que le manque à gagner pour les 150 000 PME françaises s’élève à 16 milliards d’euros. Un gouffre. Pas toujours traité de manière efficace, le problème des factures impayées reste un sujet sensible, toujours un peu tabou dans les PME. Mais aujourd’hui les nouvelles technologies s’attaquent à ce talon d’Achille qui fragilise la trésorerie de ces entreprises. « Etre visionnaire, c’est savoir saisir toutes les opportunités d’innovation, y compris sur le poste client », explique Benoît, l’entrepreneur niçois.

Le traitement numérique des retards de paiement

Ce qui est venu changer la donne dans le recouvrement est d’abord la numérisation des documents : devis, bons de commande, bons de livraison, factures… Des solutions de gestion électronique des factures impayées se multiplient. Elles proposent de faire diminuer les délais de paiement, notamment grâce à des logiciels de relance automatique. Plus besoin de courriers, les échanges dématérialisés entre créancier et débiteur permettent d’accélérer le processus de relance. « Nous nous sommes équipés d’un logiciel de relance, c’est plus simple pour nous de gérer les clients qui ne payent pas à la date convenue, mais ce n’est pas pour autant que ces factures sont payées » souligne Gisèle DAF dans une société de services à la personne. Pour elle le problème persiste. « Afin de diminuer le coût de traitement de nos impayés, je préfère externaliser » ajoute t’elle.

Faciliter l’externalisation du recouvrement

Cette prise de conscience tombe bien pour les professionnels du recouvrement de créances que sont les sociétés de recouvrement et les huissiers de Justice.Tous tentent aujourd’hui de se positionner sur le marché du recouvrement digital. Mais parfois difficile de s’y retrouver. « La plupart sont le continuum digital de sociétés de recouvrement qui fonctionnent encore à l’ancienne » estime Silvia, crédit manager dans une société de services informatique implantée à Grenoble.

Accélérer l’encaissement des créances

« La rapidité à se faire payer est la clé du succès, alors tout ce qui permet d’accélérer le processus de paiement est le bienvenu » insiste Lucie, cheffe d’une entreprise de décolletage située dans la vallée de l’Arve. « La transformation digitale du recouvrement de créances doit s’accompagner d’un changement d’état d’esprit à l’intérieur des PME » explique Samy directeur associé dans un cabinet de conseil. Le consultant favorise les démarches innovantes dans les entreprises où il intervient. « Expérimenter, inventer de nouvelles façons de fonctionner sur le poste des créances et l’optimiser, ça doit être aujourd’hui une priorité pour les PME ».

Le recouvrement digital des factures impayées

Si les services de recouvrement en ligne se multiplient, comme le titrait un article des Echos au début de l’année, une plateforme se distingue : GCollect. Il s’agit d’une place de marché pour les factures impayées. « La plupart des plateformes qui se présentent comme une solution digitale au recouvrement de créances ne sont pas indépendantes» explique son fondateur Fabrice Develay. « Nous c’est notre force et c’est ce qui nous permet de faire bouger les lignes dans un univers peu habitué à être bousculé » . Cette place de marché permet aux PME de traiter leurs impayés sans avoir à chercher elles-mêmes un professionnel du recouvrement et à s’assurer de son éthique, ni à comparer les prix. « C’est notre solution numérique 100% en ligne qui s’en occupe » précise Fabrice Develay. Mise en relation, prise en charge immédiate des factures, suivi en ligne de l’avancement du recouvrement… Tout est dématérialisé pour faciliter aux PME le recouvrement de leurs impayés.

La 1ère place de marché pour les factures impayées

D’autres start-up se sont positionnées sur ce marché du recouvrement des impayés en tant que legaltech, mais ce ne sont pas des places de marché comme GCollect qui est également une fintech. Elles ne sont pas spécialistes du recouvrement de créances qui d’ailleurs ne représente qu’une petite partie de leur activité. Ces start-up peuvent faire appel à des avocats alors que GCollect ne fonctionne qu’avec des experts agréés et reconnus du recouvrement et de la médiation. Principale innovation de la place de marché ? « Ce ne sont plus les professionnels du recouvrement qui fixent leurs honoraires mais nos algorithmes qui calculent et proposent les frais de recouvrement les plus justes et les plus compétitifs » explique Fabrice Develay. Le fondateur de la start-up qui souligne que GCollect est la seule plateforme permettant aux créanciers de noter les prestataires de manière qualitative. Une évaluation qui prend en compte autant l’efficacité des professionnels du recouvrement pour récupérer les sommes dues que la préservation des relations commerciales avec le débiteur. Une première dans le monde du recouvrement.

Utiliser GCollect pour récupérer de petites sommes auprès de ses clients

Voir notre article sur la Loi Macron visant à simplifier le recouvrement amiable des créances inférieures à 4000 euros sans passer par le recouvrement judiciaire. 

Découvrir

Professionnels du recouvrement

Vous cherchez un levier de croissance ? Etre abonné à notre plateforme permet d'acquérir une nouvelle clientèle.

7 avenue de l'Opéra
75001 Paris
contact@gcollect.fr
+33 1 44 50 02 83

Suivez-nous