fbpx

Impayés : 10 idées reçues sur le recouvrement

GCollect la place de marché pour les factures impayées veut mettre fin aux idées reçues sur le recouvrement de créances.

Image par Mohamed Hassan de Pixabay 

 

  • Idée reçue n°1 : « Quand on a pas d’impayés, pas besoin de savoir à qui s’adresser »

    FAUX – Certains entrepreneurs pensent que si on fait du bon travail, on est toujours payé. C’est heureusement souvent le cas. Mais ce n’est pas parce qu’on a pas d’impayé qu’on est à l’abri d’un mauvais payeur. Mieux vaut prévenir que guérir.

  • Idée reçue n°2 : « Courir après ses impayés c’est du temps perdu »

    BIEN AU CONTRAIRE – Que l’on soit artisan, consultant, freelance, commerçant, profession libérale ou même agriculteur, on surveille le paiement des fruits de son travail. En cas d’impayés, par manque de temps ou négligence, certains laissent courir leurs créances quitte à les passer en perte. Cette gestion des impayés peut cependant créer rapidement des difficultés importantes dans la trésorerie.

  • Idée reçue n°3 : « Il n’y a pas de recette magique pour récupérer son argent »

    OUI ET NON – Face à un client qui ne paye pas, il n’y a en effet pas de miracle. Il faut engager des démarches pour se faire payer. Mais plutôt que de le faire soi-même il existe une solution simple et peu coûteuse qui facilite la vie des entrepreneurs.

  • Idée reçue n°4 : « On ne sait jamais à qui s’adresser en cas de facture impayée »

    VRAI – Les entrepreneurs qui ont des créances impayées ne savent pas toujours à qui faire appel. Faut-il s’adresser à un huissier de justice ? Lequel ? A une société de recouvrement ? Laquelle ? Plutôt que d’appeler au hasard ou de se lancer dans des recherches longues et pénibles, une place de marché facilite la mise en relation des chefs d’entreprises qui ont des impayés avec les professionnels du recouvrement. Plus besoin de chercher, la plateforme le fait pour vous. 

  • Idée reçue n°5 : « En cas d’impayé, il n’y a que les menaces qui fonctionnent »

    SURTOUT PAS – Exercer des menaces sur son client n’est pas la solution quand on n’arrive pas à se faire payer. On oublie qu’un grand nombre de professionnels du recouvrement sont de véritables experts de la médiation. Privilégier le recours à l’amiable est sans aucun doute la meilleure chose à faire. En France, 90 % des sommes recouvrées par les professionnels le sont à l’amiable (source : Figec).

  • Idée reçue n°6 : « Seul le recouvrement judiciaire est efficace »

    CE N’EST PAS LE CAS – En cas de conflit avec un débiteur, on pense très souvent poursuites judiciaires (injonction de payer et procès devant un tribunal). Mais le recouvrement judiciaire est coûteux car il faut engager des frais de procédure qu’il faudra payer même si le recouvrement échoue. Et c’est souvent très long. A l’amiable on ne paye les honoraires de recouvrement qu’au succès c’est-à-dire que si l’on récupère son argent. Tout le monde est alors gagnant.

  • Idée reçue n°7 : « Le recouvrement de créance ça coûte cher »

    NON – Ce qui coûte cher c’est si on le fait soi-même. Entre le temps passé à la gestion des impayés, avec l’achat d’un logiciel de relance et du personnel dédié, très souvent le retour sur investissement n’est pas au rendez-vous. Il est plus simple et plus facile de déposer sa facture impayée sur la plateforme GCollect. Cette dernière calcule grâce à ses algorithmes l’honoraire de recouvrement le plus compétitif pour les créanciers. Résultat : des tarifs souvent moitié moins chers que ceux pratiqués habituellement. Et vous ne vous occupez de rien car GCollect est en relation avec celui qui va encaisser pour vous la facture et anime son réseau de prestataires en recouvrement. Fini le temps passé au téléphone pour savoir ce qui a été fait.

  • Idée reçue n°8 : « Le recouvrement n’est pas adapté aux petites créances »

    FAUX Certains acteurs du recouvrement ne s’intéressent pas aux petites créances. Pas assez rémunérateur. Pourtant les factures d’un faible montant sont très nombreuses à rester impayées. La plateforme GCollect permet aux TPE, PME, startups, freelance et auto-entrepreneurs, quelque soit le montant de leur créance, d’y déposer leurs factures impayées. Toutes trouvent preneur avec une procédure de recouvrement à la clé.

  • Idée reçue n°9 : « Il faut être indulgent avec les débiteurs qui ne payent pas »

    PAS TOUJOURS – Les créanciers sont très nombreux à penser que si leur débiteur ne les paye pas c’est de toute façon qu’il ne peut pas payer. Mais très souvent les retards de paiement n’ont pas de raison sérieuse. Il ne faut donc pas hésiter à relancer un client qui ne paye pas après l’échéance d’une facture et essayer de comprendre pourquoi il ne s’acquitte pas de sa dette, quitte à négocier avec lui. Le risque ? Aucun sauf à se retrouver soi-même en situation de non paiement faute de trésorerie. La solution? Adopter le réflexe GCOLLECT.

  • Idée reçue n°10 : « Les professionnels du recouvrement nuisent à la relation-client »

    FAUX De nombreux entrepreneurs hésitent à faire appel à un huissier de justice ou à une société de recouvrement de peur qu’ils utilisent des méthodes pouvant nuire à la relation avec leur client débiteur. C’est pour cette raison que GCollect à créé un système de notation qui permet de contrôler l’efficacité et l’éthique des professionnels. Cette évaluation est notamment basée sur la préservation des relations avec le client défaillant, ce qui permet de pouvoir compter sur un professionnel aux pratiques non critiquables.

 

Découvrir

 

Lire aussi   |  Que faire en cas d’impayés : Le recouvrement de créances pour les nuls
Lire aussi   |  Les 10 règles d’or pour arriver à se faire payer
Lire aussi   |  Retard de paiement : comment éviter les défaillances d’entreprise?

 

Professionnels du recouvrement

Vous cherchez un levier de croissance ? Etre abonné à notre plateforme permet d'acquérir une nouvelle clientèle.

7 avenue de l'Opéra
75001 Paris
contact@gcollect.fr
+33 1 44 50 02 83

Suivez-nous